Faire du web en 2022

jflauze - en ligne depuis 1994

Faire du web en 2022

Personne n’a la vérité absolue, ça veut dire moi non plus. Par contre je peux vous parler de ma perception de l’industrie du web ; là-dessus je suis le plus grand spécialiste au monde.

On va commencer par l’éléphant dans la pièce : WordPress. C’est tellement populaire, que c’est devenu populaire – même moi je l’utilise. C’est super cool, WordPress ; c’est juste que quand j’ai pris la décision de travailler à mon compte, en 2013, le plus gros problème de WordPress c’était … WordPress. C’est pour ça que j’ai « inventé » mon système pour programmer des sites web.

Je me retrouve ~10 ans plus tard avec deux magnifiques options à vous proposer. D’un côté, y’a l’éléphant qui a appris de ses erreurs et qui a maintenant autant de solutions que de problèmes. De l’autre côté j’ai la possibilité de travailler directement avec vos données (sans se soucier de leur apparence) avec le gestionnaire de contenu microklima. Le meilleur des deux mondes.

Jusqu’à une certaine portée.

En effet, si je peux effectivement remplacer à moi-tü-seul une petite agence sur certains projets, à partir d’une certaine charge de travail c’est clair que 24heures par jour ce n’est plus suffisant! Mais ça, en soit, ce n’est pas nouveau et j’ai déjà des gens pour m’aider quand je suis dans le jus. #youknowwhoyouare

Bref, 2022, c’est juste un chiffre parce que ma proposition est la même depuis un bon moment, mais en même temps, 2022, c’est une année de plus à traverser la crise sociale la plus intense que quiconque de moins de 100 ans se souvienne. L’ambiance est poche, gang.

Et parlant d’ambiance poche, gang, arrêtez-ça, les auto productions de clips comiques pour vendre vos services – à moins d’être déjà talentueux et expérimenté c’est pas une bonne idée de faire vos classes d’acteur sur Facebook. Concentrez-vous sur votre message et dites ce que vous avez à dire sans essayer de vous inventer une carrière d’humoriste. Pas besoin d’être plate, juste « présent » ça va faire la job.

Bin oui, Denis. Je donne des conseils, aussi. Je ne suis pas Que un programmeur, Denis. J’ai l’étiquette que tu veux, Denis. Coach, Denis? OK, Denis.

Je fais donc du coaching auprès de mes clients qui se rendent compte que, finalement, une fois qu’ils ont compris que les gens n’en ont rien à foutre et que même si tu leur explique ils ne comprendront pas plus, sauf exception, et que c’est justement ces exceptions qui représentent un potentiel donc il faut éviter de les refroidir avec un sketch comique mal joué, ils sont capable de gérer leur marketing.

Je leur dis souvent aussi d’éviter de faire des phrases trop longues. Fait ce que je dis fait pas ce que je fais, je suis un professionnel.

Aucun commentaire

Ajoutez votre commentaire